Transformer le désert en oasis, la question de la région Saharo-Sahélienne

Au Niger, la population des Touaregs se soulève face à un gouvernement qui s’accapare les richesses de l’uranium. Au Sénégal, le projet de la ceinture verte se concrétise avec 40 000 hectares de région désertique désormais boisée .En 2014, Aboubacar Shekau proclame un califat Islamique dans le nord du Nigeria qui déclare rapidement allégeance à Daech. Ces contestations face au partage inégalitaire des richesses, ces interférences d’Etats du Nord et ces combats contre la désertification sont à l’image du contexte complexe de la région du Sahara et du Sahel, vaste étendue désertique qui va de la Gambie jusqu’à Djibouti.

Description de cette image, également commentée ci-après
Le désert près de Tamanrasset en Algérie

Mais les origines du manque de stabilité de la région ne datent pas d’hier. Depuis leur indépendance de la France et du Royaume-Uni dans les années 60, la majorité des pays qui forment cette zone historiquement connue pour ses multiples routes commerciales reliant Méditerranée et Afrique subsaharienne ont connu, comme la plupart des anciennes colonies, le phénomène d’une mauvaise redistribution des richesses: les gouvernements autocratiques, corrompus et inexpérimentés qui ont émergé dans la période post coloniale se sont appropriés les richesses des sous-sol (avec le partenariat de leur anciennes métropoles) et ont négligé les populations nomades berbères éloignées des grandes villes.

Les conséquences sont multiples :

  • un tiers des ampoules d’électricité françaises brillent grâce à l’uranium Nigérien alors que 90% de ces derniers n’ont pas accès à l’électricité ; le tout avec un taux d’extrême pauvreté de 60% ;
  • En 2012, les Touaregs du nord du Mali, citoyens de seconde classe éloignés de toute prise de parole par le gouvernement de Bamako,  s’insurgent et font sécession puis  vont jusqu’à occuper trois des villes les plus importantes du pays ;
  • Les anciennes routes caravanières qui traversaient le désert, apportant le sel et l’or au Maghreb, sont maintenant détenues par des trafiquants de drogues et d’êtres humains.

C’est donc en vue de cette situation de mondialisation retardée, de conflits ethniques, de raréfaction des ressources d’eau et de l’expansion du Sahara vers le sud que la commission de la région Saharo-Sahélienne  a été créée, avec pour objectif de traiter de la question de l’accès à l’eau et à l’énergie dans un contexte d’explosion démographique et de changement climatique. De plus, il est aussi question de la pacification de la zone : comment faire de la région Saharo-Sahélienne un espace de paix, de stabilité et de démocratie dans cette région en proie au conflit?

Cia Lorenzo

Laisser un commentaire